A l’origine du projet

Pourquoi, Comment est né ce projet

Ce projet de création d’un chemin de randonnée associé à une exploration historique et culturelle a germé 3-4 ans auparavant.

En rencontrant Jacques Dufour, par le biais de l’USEP 93, association pour la promotion du sport scolaire, en 2010, dans le cadre d’activités au sein de ma classe de CP, nous avons échangé, proposé, discuté des projets menés en France par les comités de randonnée.

Là, où, en Province, à la campagne, il est fréquent de voir des liens se tisser entre randonneurs et écoles, cela aboutit à la création de chemins baptisés : « un chemin, une école ».

Ces chemins, souvent, offrent de découvrir la faune, la flore, les sentiers présents aux abords de ces écoles.

Ils portent des noms d’animaux, de fleurs, de lieux.

A cette évocation avec Jacques Dufour, j’ai senti qu’il lui tenait à coeur de réaliser ce type de projet, qui plus est, en milieu urbain.

De mon côté, j’ai toujours fonctionné avec cette envie de relever les défis qui semblent difficiles à réaliser. Aussi, rapidement,  me suis-je mis en quête d’un objectif fiable pour y parvenir.

Après, les rapports amicaux et toujours si riches en apprentissages que nous avons développés avec Jacques et l’ensemble des randonneurs rencontrés, ont fait le reste.

Une première étape en 2012 avec des CE1

Dans un premier temps, en 2012, nous avons conçu avec la classe de CE1 de l’école, un chemin, le plus court possible, qui relierait l’école au centre-ville et la Mairie.

Au gré des rues, nous avons fait connaissance avec Julian Grimau, Jean-Baptiste Clément ou Alphonse de Lamartine.

La présence, proche de notre école, de la Cité de la Résistance

Cette année, avec des CM2, nous avons cherché, compte-tenu de la présence, au bout de notre rue Saint-Stenay, de la Cité de la Résistance, à nous intéresser à cette notion de «résistance».

Ainsi, avons-nous envisagé, un second chemin qui relierait, cette fois-ci, l’école jusqu’au Mémorial de la Shoah et la Cité de la Muette.

Des rencontres, des partenaires, des soutiens …

Avec l’aide du SIG de Drancy et du Papyrus drancéen, nous sommes parvenus à déterminer toutes les rues portant des noms de résistant(e)s. A partir de cela, nous avons élaboré un chemin qui engloberait le plus de noms de rues en lien avec la Résistance entre l’école et le Mémorial.

Nous avons aussi pris le parti d’enrichir le premier chemin fait par les CE1 en y incluant des noms de rues de résistants aussi.

Enfin, nous avons lié les deux chemins en prolongeant le point d’arrivée de la Mairie jusqu’au Mémorial. Deux articles sont parus, l’un en 2012, l’autre en 2015 dans le Drancy Immédiat et plusieurs rencontres ont eu lieu avec Joëlle Pitkevitch, rédactrice en chef du journal.

Des visites du SIG, du Papyrus Drancéen, du Mémorial de la Shoah et de l’AFMA ont complété nos recherches.

Un site internet dédié au projet

Ce site internet, en cours d’élaboration définitive, est construit afin d’associer chaque nom de résistant rencontré à un article. Ce site permettra aussi d’intégrer des nouvelles technologies telles que les flashcodes.

Avec le comité de randonnée, le service de la culture de Drancy et l’école, nous envisageons la pose de balises de randonnées comprenant les flashcodes édités par les enfants.

Bonne visite sur notre site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *