Le 27 mai l’inauguration

Le début du jour: Nous arrivons à l’école à 8h30,nous voyons pleins de personnes que l’on connait ou pas, c’était très beau et agréable. Puis on nous distribue des casquettes jaunes et notre maître, monsieur Dufour monsieur Auger et  monsieur Michau le directeur…(et quelque personnes en plus tout aussi importantes) expliquent notre projet et la matinée commence. Le stress est grand mais nous sommes heureux.

Le chemin commence: Les enfants se mélangent avec les adultes, les premiers résistants arrivent. Les enfants racontent leur vie lors de la secondes guerre mondiale. Chacun est très stressé mais arrive à dire son texte.

De nombreuses  personnes font des vidéos et des photos. Enfin la première balise est collée sur l’allée Jean Moulin. Damaris, Kadidja et Zarah sont contentes que la première balise soit collée sur leur « résistant ».

L’arrivée au camp ou à la muette: Nous avons marché, parlé, écouté et demandé l’avis des gens et nous avons parlé d’une résistante nommée Frida Wattenberg.

Il y a des gens que nous croisons à la fin du chemin avec lesquels nous parlons du camp de Drancy, un nom connu de tous.

Un journaliste du Parisien vient parler à des élèves et leur pose des questions par rapport à notre projet!

Plusieurs personnes ont parlé dont le Maître, Jacques Dufour et Monsieur Michau et en dernier, l’adjointe au maire chargée de l’Education puis nous avons chanté « le chant des partisans » voici les paroles:

 » Amis entend tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines?                                                                                                                                                                                                                                            Ami, entends-tu les cris sourds  du pays qu’on enchaîne?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est la larme.
Ce soir l´ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

Montez de la mine, descendez des collines, camarades!
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
Ohé, les tueurs à la balle ou au couteau, tuez vite!
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau , dynamite…

C’est nous qui brisons les barreaux  des prisons  pour   nos  frères.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève…
Ici chacun sait ce qu´il veut, ce qu´il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes un ami sort de l´ombre à ta place.
Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes.
Sifflez, compagnons, dans la nuit la liberté nous écoute… »

Puis nous sommes allés à l’école Pablo Picasso où nous avons mangé, bu et plusieurs personnes nous ont félicités « Bravo beau projet! »

Nous avons été très touché puis on nous a donnés des verres et des logos.

Puis nous sommes allées avec Claudine en car pour rentrer à l’école.

Voici notre belle journée

Capture d’écran 2015-05-27 à 21.33.43

de Delia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *